#Sport #Coach #Tech

Commencez à apprendre de votre entrainement.

Commencez à apprendre de votre entrainement.
Salut,

Vous avez dû noter mon silence de la semaine passée. Peut-être que vous pensez que c’est à cause du pont de la Toussain. Oui j’ai fait le pont … Mais la raison est un peu plus originale. Vous ne le savez surement pas, j’écris mes articles au fil des semaines. Alors, si je vous dis que j’ai utilisé mon temps de créativité à ajouter une nouvelle fonctionnalité à l’application feezify:me vous comprendrez que je ne peux pas courir plusieurs lièvres.

Aujourd’hui, je n’agrafe presque plus de dossard. Alors, je ne vais pas prendre un entraineur pour suivre mon entrainement comme avant. Je connais les basics, peut-être même plus. Alors, quand je parle d’entrainement autour de moi, je me pose toujours les mêmes questions:

"Comment être certain de la qualité de ma pratique ? Est-ce que je risque de me blesser ? Puis-je tomber dans le surentrainement en faisant ?"

Ces questions me ramènent souvent au tableau Excel que je remplissait pour mon entraineur, de façon plus ou moins assidue, plus ou moins franche…

Ensuite, chez les professionnels, il y avait cette application “teamlife” (je ne suis plus sûr de l’orthographe). Ce logiciel, reprenais les informations qualitatives du fameux Excel: pouls au réveil, poids, qualité de sommeil, … Et je venais ajouter après chaque entrainement la courbe cardiaque de ma séance. Toutes ces informations étaient remontées à l’entraineur.

Difficile, pour moi de comprendre toutes ces données. Libre à l’interprétation de l’entraineur pour gérer mon entrainement. Libre à lui de m’expliquer plus en moins en profondeur leur signification. Libre à lui aussi d’être plus ou moins franc sur les significations de ces données. Mais bon c’est de bonne guerre, le suis-je réellement franc ?

Seulement voilà, quand on a plus d’entraineur, difficile de jouer à ce jeux du chat et de la sourie. On est seul face à soit même, mais surtout on est seul face à toutes ces informations. Du coup on regarde quoi ? La fréquence cardiaque moyenne du jour, peu-être la fréquence cardiaque maximal, on surveille que notre courbe cardiaque correspond aux exercices que l’on s’est programmé. Et le lendemain, on recommence à regarder son nouvel entrainement de façon isolée. On ne prend plus rapidement plus en compte cette notion de progression, au mieux on compare une séance à une autre.

Alors, quand j’ai pensé à ce dont j’avais besoin pour m’entraîner plus intelligemment, j’ai commencé simplement. Mon premier objectif est de diminuer le risque de blessure. Dans nos vies d’actif on cumule principalement, j’en parle souvent, vie familiale, professionnelle et sociale. On comprend rapidement que la fatigue et le stress accumulé par l’organisme n’est pas seulement lié à la pratique sportive. Comment évaluer ma forme du jour ? J’ai fait des recherches, parler avec des entraineurs, repris les tableaux Excel que je remplissais, croisé tout ça … Et “TADAM”, j’ai formulé une petite formule pour calculer la forme quotidiennement.

Comme je suis un peu geek, que je côtoie bien assez, les trop peu sexy, tableaux Excel, au boulot. Et que je voulais un effet miroir à la Blanche Neige ou boule d’Aladin, je me suis codé une petite application : Feezify.me, qui est à votre disposition gratuitement ici.

Prendre en compte ma fatigue physique et psychologique pour évaluer ma forme était mon objectif de base. Je diminue pour les utilisateurs de l’application le risque de blessure, synonyme d’arrêt de tout sportif. Et même s’ils savent s’écouter, ils pourront mieux mettre le curseur entre le “je m’écoute trop ou pas assez” et éduquera ceux qui ne savent pas quoi écouter. Ceci donnes des bases à tout le monde !

Puis, j’ai continué à réfléchir sur le sujet. Je voulais calculer fatigue généré par une activité sportive. J’ai repris mes recherche et j’ai trouvé l’étude d’Andrew Coggan, professeur en physiologie de l’exercice. Il définit le Training Stress Score (TSS). L’algorithme donné par l’étude permet de d’évaluer une activité sportive sous forme d’indice à partir de données cardiaque. Ce qui tombe très bien, puisque j’ai ressorti le cardio depuis quelques mois !

Alors, comme je suis un peu fainéant. Que tous mes entraînements sont déjà sur mon Strava, j’ai connecté mon application à strava. A partir de là, mes indices de fatigue sont mesurés pour mes activités passées et bien sûr les prochaines, à condition que les données cardiaque soient fournies. Et, selon le pallié dans lequel se trouve l’indice calculé une interprétation de cet indice et formulé dans une courte phrase. Voilà, ce que j’ai fait la semaine dernière au lieu de vous écrire ! Ce qui est top avec ce calcul, c’est qu’il permet de comparer des séances entre elles par un simple chiffre. Qui de la séance d’intensité ou de fond nous fatigue le plus? Quel impact à une séance de PPG sur sa fatigue ? Vaut-il mieux que j’aille courir ou faire du vélo pour travailler cette capacité ? Vais-je bien récupérer de cet entrainement avec ma prochaine compétition ? Les perspectives de l’application commencent à se dessiner et surtout son objectif de permettre d”optimiser la récupérationphysique et psychologique” prend tout son sens. Je suis sûr que comme moi vous les voyez aussi.

La prochaine étape est d’évaluer, les temps de récupération. Pour savoir si le temps de récupération est suffisant, ou à l’inverse trop important. S’il nous permet de progresser.

En attendant, cette nouvelle fonctionnalité me permet de tester de nouvelles formules d’entrainement. J’ai également plus de recul sur mon entrainement et une façon différente de l’interpréter.

Vous ne l’avez pas encore testée ?feezify:me c’est par ici que ça se passe! Mais plus important encore, dites-moi si, vous aussi, vous lui trouvez de l’intérêt ? Si elle vous permet d’avoir un angle nouveau et intéressant sur votre entrainement. Et si elle rend jaloux votre coach !

Bonne route !

- Nicolas

Nicolas Jouanno
Nicolas Jouanno Chef de projet web-marketing @izir.fr (ex-cycliste professionnel) - Quand je ne suis pas avec ma famille, je passe mon temps à faire du sport, photographier, blogger, coder, apprendre ...