#Tech #Coulisses

Pourquoi j’ai appris à coder mon MVP ?

Pourquoi j’ai appris à coder mon MVP ?
Salut,

Après 10 ans de création de sites internet sans notion de code, je décide d’apprendre à coder pour pour tester mes idées.

Après avoir fait le tour des CMS, outils Saas et autres logiciels de création de site internet (cela dit en passant, ils sont tous plus géniaux les uns que les autres !), je décide de ne plus commencer un seul projet en devant faire un benchmark des CMS disponibles pour savoir lequel est le plus adapter à mon projet mais aussi qui me coûtera le moins cher.</em>

MVP init

Un verre de vin avec ma chérie, un café entre amis, un film inspirant, … Une nouvelle idée et une feuille blanche qui se remplie c’est cool ! Quelle soit lue c’est mieux. Vient donc le moment de créer son MVP (Minimum Valuable Product):

  • Un blog
  • Une page Facebook
  • Une chaine slack
  • Un mix d’API avec Zapier
  • Un site web

Vous avez dit un site web ? Oui mais je ne sais pas coder, je ne suis pas développeur. Dans ce cas on se tourne souvent vers un ami ou on met les mains dans le cambouis. Avec des CMS SAAS comme Squarespace, Strinkingly, Wix, … le choix de la simplicité et de la rapidité est légion. Le coût lui est mensuel lui est de 10–20€ pour les offres de bases et la flexibilité elle de 0%, mais votre site est en ligne dans 1h. Moins cher que le loyé de la boulangerie place de l’église mais cherchons encore.

Un CMS opensource type Wordpress, Joomla, Prestashop, Magento … que l’on héberge soit même chez OVH ou autre, coût de l’opération 5€/mois une flexibilité à 50% quand on ne sait pas coder avec un kit de module long comme mon bras. Vous aurez d’avantage de temps pour réfléchir à votre projet, comptez minimum 1 jour à 1 semaine et peu être quelques cheveux perdus en route !

Lacé de passer des heures à configurer l’hébergement, la base de données, le CMS, le thème … payer un an d’hébergement pour un projet qui meurt quelques mois plus tard quand il n’atteint pas le marché. Les mois passent, les factures s’accumulent, le business modèle ne se valide pas, et “flop”, un autre projet qui n’a pas atteint son équilibre financier au cimetière.

HTML 5

C’est le moment de bootstrapper le MVP

Seulement voilà, les idées sont tenassent, en voilà une nouvelle… F***ck ! Un instant de frustration en visualisant les ressources engagées avant même de passer à l’exécution: le temps, l’argent.

BREF ! Motivé, le couteau entre les dents, un matin, je prends le taureau par les cornes. J’ouvre safari, j’arrête de taper dans le moteur de recherche “comparatif création de site internet” pour utiliser le meilleur outil du moment et je tape à la place “apprendre à coder”.

Et là, c’est l’évidence, c’est la JUNGLE!! Des langages, toujours plus de langages… STOP ! Il faut se structurer! Je retiens qu’il faut connaitre trois langages basiques pour faire des landing pages statiques: HTML, CSS, Javascript et pour le dynamique on verra dans un prochain article. J’ouvre une note et je me crée mon fil rouge.

Je commence par le HTML5 “finger in the nose”. Il faut dire que les années à retoucher les thèmes Wordpress m’ont bien aidées. Ensuite, j’enchaîne direct sur le CSS3 découvre “flex” et la création d’un vrai thème responsive. Et pour gagner en rapidité je m’initie à Twitter Bootstrap et Fontawesome.

Géniale maintenant, s’en est fini de la recherche DU thème responsive qui me convient, de la vectorisation d’image sur Skecth pour faire des icones qui ressemblent finalement aux standards actuels. Ça devient aussi simple que de se lancer sur squarespace. En plus, comme je comprends mon code, il m’est super simple de le faire évoluer et de l’optimiser pour le SEO.

GITHUB

Please “git push origin master” mon MVP

C’est cool, j’ai appris à coder une page web statique en même pas un mois. Mon projet prend un mois de retard, la motivation est toujours là: “Celui-là, je le lance” ! Je le bootstrap en 1 heure, j’ai même le temps de configurer au millimètre ma newsletter et de profiter d’une soirée en amoureux. GENIAL !

L’économie de temps: “check” ! Bon, maintenant, il faut aller au bout de l’idée en économisant encore plus de $$$. Je paye un nom de domaine 1€, oui encore, mais c’est inévitable ! Je ne cède pas sur l’hébergement et ne l’ajoute pas à mon panier! Je me dis qu’il doit bien y avoir un moyen de ne pas payer d’hébergement trop cher quand on sait coder.

Je découvre Github et son service Github pages et là c’est la révélation! Je dois rajouter une ligne à mon fil rouge: le versioning ! Car, oui, si l’on peut héberger une page statique avec ce service, ce n’est pas le but premier de celui-ci ! Quelques heures plus tard, les bases de Git et GitHub en poche, le site est en ligne et une nouvelle aventure commence.

NODE JS

Le code c’est cool mais il faut du SWAG !

Je me lance dans Javascript, dur dur les débuts car là ça devient de la VRAI programmation ! De quoi se décourager, mais je reste concentré. Je crée rapidement mon premier algorithme. Découvre les manipulations du DOM. Et je comprends que ce n’est plus simplement du code que je réalise, mais de la “programmation front-end” comme disent les dev’, pluteau SWAG le nom! Mes pages deviennent interactives et je me découvre une nouvelle passion !

En plus, en fouillant, je découvre que le langage Javascript permet de paramétrer un serveur. Du coup, je raille PHP de ma liste et je continue d’apprendre le Javascript en passant coté serveur, avec NodeJS. Je concerve d’ailleur aussi la logique des objets Javascript pour la gestion de la base de données en apprenant MongoDB, un système de gestion de base de donnée NoSQL qui correspond parfaitement au projets qui avance dans le brouillard comme les miens !

Trois mois sont passés et je suis autonome dans la mise en page WEB de mes idées, fini la lourdeur des CMS, les risques de piratages du fait d’un code non maîtrise, les coût inutiles. Repousser les limites de mes connaissances m’a toujours passionné et ce n’est pas finis car on en apprend tout les jours et chaque nouvelle idée à ses défis techniques.

Bonne route !

- Nicolas

Nicolas Jouanno
Nicolas Jouanno Chef de projet web-marketing @izir.fr (ex-cycliste professionnel) - Quand je ne suis pas avec ma famille, je passe mon temps à faire du sport, photographier, blogger, coder, apprendre ...